Restauration de l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, un chantier pas comme les autres

Un joyau du patrimoine historique local en danger

Afin de préserver cette église qui figure parmi les plus anciennes de l'art gothique en région parisienne, la ville de Montreuil qui en a la propriété engage des travaux de restauration importants. Un chantier d'envergure qui devrait s'étaler sur quatre années et se découper en plusieurs phases.

Si le chœur de l'édifice date de la fin du XIIe siècle, plusieurs constructions et reconstructions ont émaillé son histoire au cours des siècles. Les importants travaux de restauration déjà réalisés par le passé doivent aujourd'hui être poursuivis. Depuis 1905 et la loi de séparation des Églises et de l’État, les villes sont propriétaires des édifices religieux construits avant cette date. L’entretien de ces bâtiments est donc à leur charge. À Montreuil, cela concerne l’église Saint-Pierre-Saint-Paul mais aussi l'église Saint-André, située rue Robespierre dans le bas-Montreuil, près de la place de la République.

Les dégradations (nouvelles fissures) observées sur les façades, le clocher et les chapelles de l'édifice justifient d'entreprendre ces travaux de consolidation globale du monument. Les trois premières phases du chantier de restauration seront consacrées à réviser et conforter les différentes structures qui composent l'église :

  • Renforcement de la stabilité de la façade Ouest
  • Restauration et confortation des chapelles et de la nef
  • Consolidation du clocher
  • Révision des charpentes

La quatrième phase sera dédiée aux espaces intérieurs, jusqu'au réaménagement de la sacristie, ainsi qu'au programme de restauration des œuvres d'art dont certaines sont encore abritées par l'église et qui nécessitent des interventions délicates et des savoirs-faire spécifiques :

  • Statue de la vierge à l'enfant, œuvre en terre cuite
  • Dalles de fondation (3 dalles commémorant la fondation de l'église)
  • Statues de Saint-Pierre et Saint-Paul, en bois tendre, datées de 1826
  • "l’Assomption de la Vierge" d’Anne Valade, peinture à l'huile sur toile, datée de 1856
  • "la Résurretion" de Paul Philippoteaux, peinture à l'huile sur toile, datée de 1874
  • Chaire à prêcher, démontée dans les années 1960 et stockée dans les combles de l’église

Financement des travaux

Le chantier, qui s'étalera jusqu'en 2025, est cofinancé par la Région Île-de-France, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la Fondation du patrimoine, pour un montant de près de 3,5 millions d'euros. Ces travaux de rénovation et de mise en valeur de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul sont menés en concertation avec l’ensemble des acteurs (autorités scientifiques et association Sauvegardons Saint-Pierre Saint-Paul) concernés.

Lancement des travaux

Les travaux ont été lancés par Patrice Bessac, Maire de Montreuil, le samedi 18 septembre 2021, à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine.

Une église qui raconte plus de 1000 ans d’histoire de Montreuil

Classée monument historique, l’église Saint-Pierre-Saint-Paul est comme un livre ouvert sur l’histoire de notre ville. Ses parties les plus anciennes remontent au Moyen Âge, une époque où Montreuil était très appréciée par les rois de France.

Visiter l’église Saint-Pierre-Saint-Paul, c’est se plonger dans mille ans d’histoire. La partie la plus ancienne, au fond de l’édifice, a été bâtie à la fin du XIIe siècle, sous le règne du roi Philippe II Auguste. Sans doute à l’emplacement d’un monument plus ancien. De récentes fouilles archéologiques ont mis au jour des traces d’habitations au Ve siècle dans la rue de l’Église. Composée de six piliers ornés de chapiteaux sculptés et de galeries dites «royales», cette partie constitue le chœur de l’église. De style « gothique primitif », ce chœur de taille modeste est parfois qualifié de «petite copie de celui de Notre-Dame de Paris» (dont les travaux ont aussi commencé au XIIe siècle). Curiosité, il est construit à flanc de colline. Cela s’expliquerait par l’existence d’une ancienne source, comme semblent en attester les feuilles de nénuphars sculptées sur les chapiteaux. À l’époque de cette première construction, les collines de Montreuil sont en effet traversées par des ruisseaux. Le plus important, le ru de Montreuil, s’écoulait dans l’actuelle rue de Romainville et serpentait, via la place de l’église, jusqu’au bois de Vincennes, où il alimentait le domaine du roi. Pendant longtemps, les Montreuillois furent d’ailleurs exemptés de taxe en échange de l’entretien du ru de Montreuil.

SAINT-LOUIS VIENT ASSISTER À LA MESSE À MONTREUIL

C’est du reste à Montreuil que SaintLouis (Louis IX), au XIIIe siècle, vient à la messe le dimanche, en compagnie de sa mère Blanche de Castille. C’est encore à Montreuil que Charles V, dit «le Sage», est baptisé, en 1337. Peu à peu délaissée par les rois, l’église Saint-Pierre-Saint-Paul continuera néanmoins d’évoluer et de se transformer à travers les siècles, à mesure de l’augmentation de la population. Entre le XIVe et le XVIIe siècle, l’édifice fera l’objet de plusieurs constructions et recontructions: façade et clocher (XIVe siècle), nef (au XVe ), chapelles de la Sainte-Vierge (au XVIe ) et de Saint-Joseph (au XVIIe ). Pendant la Révolution française, l’église abritera les assemblées révolutionnaires. Et son fronton restera orné jusqu’au début du xxe siècle de l’inscription «République française». Propriété de la Ville depuis 1905, l’église accueille aujourd’hui régulièrement des événements culturels (visites guidées, concerts), organisés par les associations Sauvegardons Saint-Pierre-Saint-Paul et Les Musicales de Montreuil. Afin que tous les Montreuillois puissent profiter de ce patrimoine exceptionnel.

par Jean-François Monthel pour Le Montreuillois n°123