Les arbres

La Charte de l’Arbre de Montreuil 2021

Pour une culture partagée de la protection des arbres à Montreuil

Aujourd’hui, sans doute plus que jamais, une ville dense comme Montreuil ne peut plus s'imaginer sans ses arbres, éléments essentiels du paysage.

Confrontés à la hausse des phénomènes d’îlots de chaleur urbains, des épisodes de canicules toujours plus fréquents et longs, à l'érosion constante de la biodiversité, il faut faire preuve de résilience notamment face au dérèglement climatique. Les arbres sont plus que jamais nos précieux alliés pour ces nombreux enjeux.

Mais, encore souvent trop considérés comme simple « mobilier urbain », ils sont négligés ou supprimés quand ils gênent. Un renversement de valeurs est décelable, les collectivités doivent s'en saisir, l'accompagner, l'amplifier. Il est déjà engagé parmi une majorité de concitoyens et les services de l'espace public et doit conduire au maintien des arbres en place et au développement du patrimoine arboré local en qualité et en quantité.

Cette Charte est l'un des outils voués à favoriser cette prise de conscience du respect de l'intégrité des arbres de la ville. Elle doit permettre d'instaurer une réelle politique de l'arbre pour les générations futures, tant pédagogique que coercitive.
 

Les éléments importants ou nouveaux apportés par la Charte de l'Arbre

Mise en place d'un calcul d'une valeur d'aménités

Un calcul d'une valeur d'aménités assez forte doit permettre de dissuader les opérateurs d'intervenir de façon non justifiée sur les arbres du domaine public, ou alors de payer un prix élevé (environ 20 000 € pour un platane de 60 cm de diamètre) ainsi que la fourniture et la plantation de 3 autres arbres sur des espaces publics indiqués par la ville (au lieu de 2 dans l'ancien Règlement de Voirie). Ce barème est en cohérence avec celui défini dans le Plan Canopée du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis.

Intégrer les arbres existants dans les nouveaux aménagements sur le domaine public

Lors de travaux de réaménagement, les arbres existants dans l’espace public doivent être préservés lorsque leur état sanitaire est satisfaisant. Pour cela, réaliser un diagnostic phytosanitaire est essentiel afin d'établir un état des lieux avant d’envisager toute conception. En phase travaux, des mesures de protections sont également prévues pour les entreprises intervenant selon les prescriptions indiquées dans la Charte.
Le patrimoine naturel vivant des parcs et squares sera également préservé selon ces principes ; l’étude paysagère en cours sur le Parc Montreau a débuté par un diagnostic les arbres, en vue de parfaire le dessin du parc en identifiant les arbres en fin de vie et en anticipant les replantations sur les 15 prochaines années dans un « plan Guide ». Cette étude permet à la ville de se lancer dans une démarche de demande de classement de l'entièreté du parc Montreau au titre des monuments naturels et des sites, en partenariat avec l'Inspection des Sites.

Mise en place d'une commission de suivi des arbres

Une telle commission, inspirée par la Charte de l'Arbre de Bondy qui l'a déjà mise en pratique, doit permettre d'instaurer un lieu d'échange apaisé et régulier sur les questions des arbres pour éviter les malentendus et les crispations des habitants autour de ces questions. Cette instance pourrait rassembler les associations, des élus et des techniciens autour des projets impactant des arbres afin d'orienter les projets de la ville vers la préservation des arbres, aider à l'application de la stratégie ERC (Eviter – Réduire - Compenser), suivre la Charte de l'Arbre et aider à la compréhension des contraintes techniques ou de sécurité aboutissants parfois à des abattages. La commission sera mise en place dès l’application du barème d’aménités.

Les arbres en "port libre"

Depuis l'automne 2018, les arbres de quelques rues sont progressivement moins taillés "en rideau" (taille qui blesse les arbres) au profit d'une taille plus douce dite "en port libre". Le changement commence à se voir dans la rue Paul Doumer, où le houppier (partie de l'arbre au-dessus du tronc) forme une voute. Les couronnes (là où commence le houppier) y sont remontées, les branches allégées pour mieux laisser passer la lumière. Cette technique ne peut pas être utilisée systématiquement dans toute la ville (les arbres formés à la taille de type rideau doivent impérativement être maintenus taillés au risque de fragiliser et de déséquilibrer les branches) mais les arbres en port libre, plus considérés comme des êtres vivants et moins comme du "mobilier urbain", seront moins sujets aux maladies.

Mieux connaître et reconnaître les arbres de la ville

Le Guide des arbres de Montreuil (pdf mis à jour en 2016) permet de retrouver le nom des arbres des rues. Dans certains sites comme au parc Montreau et dans le square L. Patriarche (près de la bibliothèque R. Desnos), des panonceaux donnent le nom des arbres. Retrouvez ci-contre les feuilles des 8 arbres incontournables à Montreuil (série des 8 arbres du parcours pédagogique pour les scolaires en atelier nature).

Voir aussi la carte des arbres à Fruits comestibles disposés sur l'espace public depuis 2018 avec les périodes de récoltes. (un QR code sur les panneaux près des arbres plantés permet de retrouver cette carte).

Suivi des plantations et abattages d'arbres

Abattages :
En 2019, 7 arbres de la place Jean-Jaurès sur les 36 existants ont été coupés en mars avant d'être remplacés début 2020 par d'autres essences plus résistantes à l'environnement urbain. Un diagnostic phytosanitaire avait révélé qu'ils étaient malades, attaqués par le Tigre du platane (espèce de punaise des arbres) et des champignons faisant pourrir les troncs de l'intérieur, et devaient être coupés pour garantir la sécurité des usagers, nombreux sur ce site. Les arbres touchés deviennent en effet vulnérables et menacent de tomber notamment lors d'épisodes venteux un peu forts.
Une autre expertise biomécanique indépendante de 300 arbres dans la partie haute du parc Montreau réalisée en décembre 2018 a révélé que 36 % de ces arbres diagnostiqués sont solides, 40 % ont des défauts mécaniques réversibles nécessitant une taille, 18 % ont des défauts mécaniques non critiques à surveiller, 6 % sont fragiles et dangereux et devaient être abattus et remplacés (soit 19 arbres abattus au printemps 2019). Le plus gros sujet observé est un marronnier de 112 cm de diamètre.
En 2020 : une expertise approfondie a révélé que 13 arbres des voies départementales étaient malades et présentaient un risque pour la sécurité des usagers de l’espace public. Certains ont subi par le passé des tailles trop importantes ayant fragilisé leurs branches, qui risquent de rompre notamment en cas de coup de vent violent. D’autres arbres sont attaqués par des champignons comme le phellin tacheté. Ce pathogène s’attaque au bois et entraîne son pourrissement en fonction de la propagation du champignon : la tenue mécanique de l’arbre est altérée et le risque de rupture de branches est accru. Pour ces raisons, les arbres identifiés ont été abattus en juin . de nouveaux arbres seront replantés dès l’automne-hiver 2020-2021, période la plus propice pour la plantation, permettant aux arbres de développer leurs racines avant le début du printemps, dans une terre de qualité avec la place nécessaire pour assurer leur bon développement. Les espèces seront choisies selon des critères paysagers et d’intérêt pour la biodiversité locale. Routes départementales concernées : Rue de Vincennes, Avenue de la Résistance, Place du Général de Gaulle, Bd de la Boissière, Rue Pierre de Montreuil

En 2021, suite à un diagnostic phytosanitaire des arbres du parc Montreau, la maladie de la suie a été repérée sur plusieurs érables. Cette maladie, irréversible pour l'arbre qui devient sec et cassant, se propage par les spores noires et volatiles d'un champignon (Cryptostroma corticale), elle est toxique pour le système pulmonaire humain. 24 arbres atteints de cette maladie ainsi que 6 autres arbres morts ont été abattus fin juillet 2021 dans le parc. En novembre 2020 des arbres du parc territorial des Beaumonts atteints de la même maladie avaient du être abattus également.
Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2021, le passage de la tempète Aurore a affecté de nombreux arbres dans la ville dont 6 au parc Montreau (sur 21 abattus ou déracinés dans les espaces publics municipaux).
2021 : le conseil départemenatl a abattus 19 marronniers atteints de maladie (le champignon l'armillaire, qui s’attaque progressivement aux racines des arbres) le long du boulevard Gabriel Péri.
Fin octobre 2021, 4 tilleuls de la rue Jules Verne dont les racines soulevaient les trottoirs, ce qui avait causé plusieurs chutes, ont été abattus. Ils seront remplacé par 4 magnolias (2 le long de l'église à la place de 2 tilleurs et 2 sur la place Jules Verne à la place de 2 autres arbres plus bas dans la rue).

Plantations :
Chaque année depuis le printemps 2018, le service Jardins et Nature en ville plante entre 50 et 70 nouveaux arbres fruitiers pour regarnir les fosses où des arbres malades avaient dû être retirés Voir la carte indiquant la période de récolte.
En 2019 : 15 arbres ont été plantés sur la nouvelle place Colette Lepage et 8 arbres sur la nouvelle place Georges Sand (ZAC Boissière Acacia)
En 2021 : 57 arbres ont été plantés sur l'espace jeux allée Niki de St Phalle (ZAC Boissière Acacia)
En 2022 : 47 arbres ont été plantés dans et aux abords de la noue du Bel-Air

Bilan des arbres abattus / replantés sur voirie (hors places, parcs, squares et voies départementales) :

annéenombre d'arbres abattus sur voirienombre d'arbres plantés sur voiriesolde
20214368+ 25
202013105+ 92
201919109 + 90
2018440+ 36
Total  + 243

Entre 2018 et fin 2021, la Ville compte 243 arbres supplémentaires sur la voirie.

Faire expertiser un arbre

Les arbres des rues, des parcs et des jardins sont essentiels et précieux. Mais ils peuvent parfois représenter des risques or chaque propriétaire d’arbres (public et privé) est responsable de leur entretien : en cas de chute de branche ou de l'arbre lui-même, il faudra prouver que l'on s’est soucié de son état, entrepris des travaux de soins ou fait faire une expertise par un spécialiste. Aujourd'hui des moyens fiables permettent de diagnostiquer avec précision l’état sanitaire des arbres.
Des entreprises spécialisées combinent plusieurs approches (visuelle, structure, sondages..) pour évaluer l'état "mécanique" et l'état "sanitaire". Le rapport de l'expert permettra de proposer des réponses adaptées allant du maintien en place, à la réduction du houppier, voire l'abattage en fonction de différents facteurs de risques (présence humaine, maladie contagieuse, soins possibles..). Vous pourrez trouver sur internet des coordonnées d'experts arbres agrées.

Le saviez-vous ?
Les règles concernant les distances et hauteurs de plantations d'arbres, les feuilles, les fruits, les racines, les responsabilités en cas de dommages... sont définies dans le Code Civil : les arbres de plus de 2 m de haut doivent être plantés à plus de 2 m de la limite séparative, et à plus de 50 cm pour les autres plantations. Il n'y a pas de règlement particulier dans la ville de Montreuil mais l'usage local pour Paris et sa banlieue où les terrains sont souvent exigus n'impose aucune limite dès lors que les plantations ne causent aucun trouble au voisinage.

Une question ?

Les habitants peuvent signaler des risques de chutes de branches, se renseigner sur des plantations à venir ou le nom d'un arbre auprès de montreuilestnotrejardin@remove-this.montreuil.fr 01 48 70 67 94