commentaires peut être à marquer.

Ville de Montreuil

La vie des quartiers

Carte Montreuil

Liens utiles


Montreuil - Budget Participatif, saison 2
Vous êtes ici : Accueil  >  Solidarités >  Les centres sociaux
Voir les commentaires

(0)

Imprimer la page Envoyer à un ami

Les centres sociaux

 

Les centres sociaux / maisons de quartier

A Montreuil, il existe 4 centres sociaux :

  • 3 centres sociaux municipaux : Grand Air (Bel Air Grands Pêchers), Espéranto (Montreau le Morillon) et Lounès Matoub (République)
  • 1 centre social associatif : le centre social SFM Montreuil (Branly Boissière)

 

Un centre social est un équipement de proximité à vocation sociale. Accessible à l'ensemble de la population d'un quartier, il prend en compte l'ensemble des composantes de la population et des aspirations des habitants. Par sa fonction d'animation à la fois globale et locale, il vise la participation du plus grand nombre à la vie locale, en accordant une attention particulière aux familles et aux personnes confrontées aux difficultés sociales, économiques et culturelles.

Ses équipes sont composées de professionnels et de bénévoles. Les projets des centres sociaux sont très différents puisqu'ils se construisent en fonction des besoins.

Les projets peuvent y être structurés autour des axes suivants : haltes- jeux, centres de loisirs, accompagnement péri-scolaire, ateliers artistiques et culturels, cours d'alphabétisation, permanences d'accueil social, écrivain public...

Ils peuvent également accompagner des projets d'habitants (mise en place d'une association, accompagnement d'un projet de fête, soutenir un projet de sortie ou de vacances familiales).

 

Découvrez la vidéo réalisée par la Fédération nationale des centres sociaux et socioculturels, pour comprendre leur finalité et leur fonctionnement :

Centres Sociaux – Aurore insertion Un partenariat pour favoriser l'insertion professionnelle des habitants


Des expériences antérieures, point de départ de l’initiative « Insertion dans les centres sociaux »
Le centre social du Grand-Air a piloté, dès 2015, en collaboration avec le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS), pendant un an un projet opérationnel visant à proposer des activités autour de l’insertion pour les habitants du quartier Bel Air Grands Pêchers Ernest Renan. Ce projet venant en réponse aux besoins exprimés par les habitants du quartier est formalisé dans le projet social du centre. Après une année d’expérience, le bilan fourni par le centre social du Grand-Air a permis de formaliser davantage une politique municipale de l’insertion orientée vers les centres sociaux. Ainsi les centres sociaux deviennent de réels outils opérationnels pour la mise en œuvre d'une politique d'insertion sur plusieurs territoires avec l’accompagnement d’un acteur reconnu pour sa connaissance de l’accompagnement des usagers, notamment ceux en situation de fragilité sociale : l'association Aurore par le bais de l’épicerie solidaire de Montreuil.

Une « nouvelle offre » dans les centres sociaux avec comme acteur principal l’épicerie solidaire de Montreuil
L’épicerie solidaire d’Aurore à Montreuil, ouverte depuis 2013, accompagne les familles en situation de fragilité sociale, orientées par les travailleurs sociaux. En fin 2015, une décision municipale a acté un contrat entre la ville de Montreuil et l’épicerie solidaire. En substance, ce contrat permet à l’épicerie solidaire d’Aurore d’animer des ateliers et d’accompagner les habitants des quartiers dans leur démarche d’insertion sociale et professionnelle.
L’opérationnalisation de cette décision municipale a conduit à la formalisation de « secteurs insertion » dans les trois centres sociaux municipaux. Il y a eu ainsi trois agents de la ville pour coordonner les secteurs, deux agents déjà en poste et dont les missions étaient proches des missions autour de l’insertion et d’un apprenti.

L’action de l’épicerie solidaire dans les centres sociaux : une forme et contenu concertés
L’action de l’épicerie solidaire d’Aurore dans les trois centres sociaux municipaux peut-être d’abord appréhendée à travers sa forme et son contenu. Il est également possible aujourd’hui d’apporter des éléments d’appréciation globale à travers les bilans qualitatifs dont on dispose.
Aujourd’hui, on peut avancer que la plus-value réelle des actions de l’épicerie solidaire d’Aurore dans les centres sociaux est certainement la concertation et le travail en synergie entre les coordinateurs des secteurs insertion dans les centres sociaux et la conseillère en insertion socioprofessionnelle de l’épicerie solidaire. Deux types d’accompagnement ont été proposés par l’épicerie solidaire au départ. Les centres sociaux ont choisi différemment par la suite en fonction des besoins de leurs usagers. Le centre social Lounès Matoub a opté pour des accompagnements individuels des usagers-habitants, le centre social Esperanto a choisi un accompagnement collectif et le centre social Grand Air a décidé de mettre en place des temps collectifs et des temps individuels. L’épicerie solidaire s’est donc adaptée pour intervenir différemment selon les besoins des habitants. Il s’agit là d’une première réussite. Dans le contenu, pour les deux centres ayant choisi des accompagnements individuels, la conseillère en insertion socioprofessionnels de l’épicerie est intervenue d’office sur un accompagnement global avec des objectifs d’accompagnement variés selon l’usager.  Concernant l’accompagnement collectif, les interventions de l’épicerie solidaire ont été menées sous forme d'atelier en groupe à partir de thèmes. Chaque groupe travaillait sur sept thèmes avec une validation et un ajustement des thèmes avec le groupe. Les thèmes des sept séances répondaient globalement à un besoin de remobilisation des usagers dans les démarches de recherche d’emploi et de formation. Ce qui confirme encore la plus-value du travail partenarial entre les centres sociaux et l’épicerie solidaire d’Aurore, c’est également cette démarche d’évaluation continue de l’offre et des ajustements menés au cours des séances et des accompagnements.

Face aux demandes des usagers : des réponses ajustées et un accompagnement global
Alors que certains usagers manifestent le besoin d’une remobilisation et/ou d’une orientation vers les services sociaux pour des questions personnelles et/ou familiales d’autres expriment simplement le besoin d’une orientation vers le service approprié ou vers un employeur qui recrute. L’accompagnement global de l’usager est un principe sur lequel s’est articulé le travail entre les centres sociaux et l’épicerie solidaire d’Aurore. Il s’exprime par l’accompagnement de l’usager dans sa globalité. In fine, il s’agit de prendre en compte la demande de l’usager et de la circonscrire dans le contexte social global de l’usager en cherchant une réponse globale. Cette réponse globale consiste généralement en un travail pluriel entre des services différents. Le travail mené au sein des centres sociaux avec l’épicerie solidaire, c’est bien cela. L’usager qui se présente est reçu au premier accueil par un agent territorial qui n’a pas forcément une qualification de conseiller en insertion. Il est après accueilli par un coordinateur de projet qui n’a pas forcément une qualification de conseiller, mais ce dernier est à même de l’accueillir, l'écouter et d'enregistrer sa demande. Il est ensuite accueilli par une conseillère en insertion socioprofessionnelle qui est cette fois-ci qualifiée pour analyser avec elle sa demande et commencer à ériger le plan d’intervention. Ce plan d’intervention est bien le propre de l’accompagnement global. Il se matérialise par la mise en place d’un plan d’action que l’usager va entreprendre. Il y a, à ce titre des orientations vers les services sociaux comme très souvent, des orientations vers le pôle emploi, vers la mission locale pour les jeunes, des informations pour des forums et des rendez-vous pour un accompagnement continue tant que l’usager exprime et renouvelle sa demande. Le travail mené par les centres sociaux avec l’épicerie solidaire peut être illustré ainsi avec là aussi des différences selon les centres aux niveaux des pratiques. En effet, il arrive que certains coordinateurs aient plus de maîtrise dans la pratique du métier de conseiller en insertion socioprofessionnelle que d’autres. Mais cette différence est toujours une richesse qui se manifeste à chaque fois dans les réunions de coordination entre les trois coordinateurs et entre ces derniers et la conseillère en insertion socioprofessionnelle de l’épicerie.
Pour compléter le tableau de cet accompagnement global dans les centres sociaux, il faut souligner les rencontres, les appels téléphoniques entre les coordinateurs, la conseillère en insertion socioprofessionnelle et les partenaires comme pôle emploi, le projet RSA ville, le service social départemental par exemple pour trouver des réponses globales aux demandes usagers.

Une expérience à soutenir avec des améliorations nécessaires
Il y a certainement beaucoup à apprendre et à prendre dans ce travail collaboratif entre les centres sociaux et l’épicerie solidaire d’Aurore. Il s’agit certainement d’une expérience qui reste à soutenir davantage afin que la ville puisse en tirer le maximum de profit. Ce profit peut être sur le plan du mécanisme de travail mais également sur le plan des acquis de cette expérience. Il serait hasardeux aujourd’hui de faire un bilan global de ce dispositif car bien qu’il est évident qu’au regard des résultats obtenus, cette collaboration profite aux usagers et se coordonne efficacement, il y a des aspects techniques qui doivent être améliorés. Il faut certainement mettre à disposition des centres sociaux les moyens humains adéquats car dans ce type de service, avec des équipes parfois très réduites, l’injonction du travail d’équipe et la gestion des imprévus peuvent réduire de façon drastique l’essence de certains projets.

La pérennisation de ce projet dans la durée est certainement attendue année après année par l’épicerie car au-delà de l’aspect financier, il s’agit d’un projet qui reste cohérent avec le projet global de l’épicerie et de l’association Aurore. Il permet également à l’épicerie de mettre son expertise au profit des montreuillois.


Article rédigé par Mohamed Maiga
Ancien apprenti au Centre Social Esperanto
Ingénieur social, M2 en Économie sociale et solidaire / Président du CRD

Les centres sociaux

 

Centre social Grand Air

 

Contact : Omar Somi, directeur 
omar.somi(at)montreuil.fr

Tél.: 01 71 86 80 10

  • Espace 40

40 rue du Bel Air

  • Espace 18

18 rue des Grands Pêchers 

  • Antenne Bel Pêche

12 rue Paul Doumer

    Consultez la page du centre social Grand Air

    Centre social Espéranto

    Contact : Aurélien Lautard, directeur
    aurelien.lautard(at)montreuil.fr

    • Espace Le Morillon

    14 allée Roland Martin - Place Le Morillon

    Tél: 01 71 89 25 20

    • Espace Romain Rolland

    56 rue des Blancs Vilains

    Tél.: 01 71 89 25 20

    Consultez la page du centre social Espéranto

     

    Centre social Lounès Matoub

    Contact : Xavier Acakpovi, directeur
    xavier.acakpovi(at)montreuil.fr

    4-6 place de la République 

    Tél : 01 71 89 25 09

    Consultez la page du centre social Lounès Matoub

    (0) Commenter cette page.

    Pas de commentaire

    * - champ obligatoire

    *
    *
    *

    *
    *