commentaires peut être à marquer.

Ville de Montreuil

La vie des quartiers

Carte Montreuil

Liens utiles


Voir les commentaires

(0)

Imprimer la page Envoyer à un ami

L’affaire de l’école Louis-Aragon est entre les mains de la Justice

Thèmes actualité, Fil info, A la une / Publié le vendredi 30 septembre 2016 20:14

Montreuil, le vendredi 30 septembre 2016

La rumeur qui entoure l’école Louis Aragon relayée sans discernement sur des réseaux et dans certaines presses nécessite le point d’information suivant.

Au mois d’août 2016, les services de la Ville de Montreuil ont été sollicités par la Brigade des mineurs et les autorités judiciaires pour qu’ils mettent à leur disposition des éléments des dossiers administratifs d’agents en charge de l’accueil de loisirs de l’école maternelle Louis-Aragon.

 

C’est à l’occasion de cette demande que les services de la ville ont su que des plaintes avaient été déposées par des parents. Elles faisaient suite à des suspicions d’agressions à caractère sexuel sur mineurs. Les informations indiquant que les faits se seraient déroulés dans le courant de l’année scolaire.

 

Les services de la Ville de Montreuil se sont alors immédiatement mis à la disposition des services de police et de justice en accédant à toutes leurs demandes et notamment en fournissant tous les documents nécessaires à l’enquête.

 

Les familles des enfants à l’origine des dépôts de plainte, la direction de l’accueil de loisirs, et ses personnels ont alors été reçus par les services de la Ville.

 

A ce jour, l’enquête judiciaire est toujours en cours, elle n’a encore rendu aucune conclusion.

 

À l’occasion de la rentrée scolaire, une traditionnelle réunion parents-professeurs s’est tenue au sein de l’école Louis-Aragon. C’est au cours de cette rencontre, qu’un membre d’un groupe intitulé Unité Dignité Courage (UDC), et extérieur à l’établissement scolaire, a tenté de pénétrer dans l’enceinte de l’école pour interpeller les parents sur ce qu’il a appelé « la pratique d’actes de terrorisme sexuel » dans l’établissement. Malgré la violence de cette personne, et pour préserver la sérénité des parents légitimement inquiets, la directrice de l’école, aidée du directeur de l’accueil de loisirs, a réussi à contenir l’individu à l’extérieur de l’école.

 

Face à la menace d’intrusion, le commissariat de police de Montreuil, la Direction de la tranquillité publique de la Ville ainsi que la Direction de l’Éducation, de l’Enfance et de la Petite Enfance ont été immédiatement alertés afin de sécuriser l’enceinte scolaire.

 

Solidaire des parents des élèves, la Ville de Montreuil a organisé le 27 septembre dernier, au sein de la Maison des Associations, une réunion d’information sur la situation.

 

Il a été précisé que les enquêteurs et la justice avaient décidé de laisser les agents en liberté. Dans ces conditions la ville était tenue par la loi et la présomption d’innocence de ne pas suspendre les agents.

 

Sans préjuger des faits incriminés concernant l’école Louis-Aragon, il est de notre devoir de rappeler ici qu‘en juin dernier, Montreuil a été victime d’une autre grave rumeur d’agression sexuelle sur enfant. Elle concernait l’école Jules-Ferry.

 

Cette rumeur s’est heureusement révélée fausse et l’enquête a été classée sans suite par Mme la Procureure de la République. Mais chacun se souvient que cette rumeur a donné lieu a une vaste manipulation relayée là encore par des réseaux et des médias peu scrupuleux. Cette manipulation jetait l’opprobre sur le corps enseignant, le personnel des temps périscolaires, et notre municipalité, tous accusés, notamment lors de manifestations devant l’école et la mairie, par les membres de l’UDC de couvrir une affaire de pédophilie.

 

 

La ville de Montreuil appelle une nouvelle fois chaque Montreuilloise et chaque Montreuillois à la plus grande vigilance, à la raison et au calme.

 

Ces événements concernent la vie des enfants. Ils ne souffrent donc aucun racontar criminel nourrissant la rumeur.

 

Seule la Justice, qui est entourée d’enquêteurs opiniâtres et des meilleurs experts médicaux, nous délivrera de cette affaire dont chaque Montreuillois sera tenu informé.

 

Contact presse : Barbara LUX, attachée de presse : 06 80 51 66 26