commentaires peut être à marquer.

Ville de Montreuil

La vie des quartiers

Carte Montreuil

Liens utiles


Montreuil - Budget Participatif, saison 2
Vous êtes ici : Accueil  >  Actualité économique
Voir les commentaires

(2)

Imprimer la page Envoyer à un ami

Grumes : l'industrie du bois à Montreuil

Histoire économique de Montreuil / Publié le vendredi 16 décembre 2011 00:00

C'est en 1872 que M. Mougenot invente la machine à trancher les bois de manière semi-circulaire. Montreuil accueillera rapidement, sur son territoire, les usines qui utilisent cette nouvelle technique.

C'est surtout le long des rues de Lagny et de Paris que s'implantent, dès 1894, ces activités. Les billes de bois brut débarquées du Havre, de Bordeaux, de Dunkerque ou de Nantes dont les noms exotiques chantent encore à nos oreilles: okoumé, sycomore, palissandre, acajou... arrivent à Montreuil pour subir leur avant-dernière transformation.

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces troncs, quelquefois de plus de deux mètres de diamètre, sont tronçonnés avant d'être immergés dans de gigantesques « cocotes minute » dans lesquelles ils vont bouillir pendant trois ou quatre jours. Ce traitement permet de les ramollir et de les « sécher », c'est- à-dire évacuer toute la sève qui irrigue le cœur du bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, le tronc encore fumant est offert au couteau de la trancheuse qui, tombant au rythme de quarante à quarante cinq coups par minute, découpe, tel un vulgaire jambon, la bille de bois en tranches de six dixièmes de millimètre ou dans certains cas de deux dixièmes.
Une autre technique est employée, c'est celle du déroutage où la lame de la machine « épluche » le tronc sur toute sa longueur. Les feuilles ainsi obtenues, comme celles du tranchage, sont séchées sur les claies. Certaines usines produisaient jusqu'à cent mille feuilles par jour. Ensuite, elles partent pour leur dernier voyage chez les ébénistes, les marqueteurs, les tableteurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Gilbert Schoon

 

Crédits photos : www.culture.gouv.fr et www.actuacity.com

(2) Commenter cette page.

Eric , 20-12-11 18:20:
Pour de l’esthétique..C'est sans doute bien pour cette personne. Et bonne chance.
Personnellement pour simplement acheter du matériel dans le cadre du développement de mon entreprise (liée à l'immobilier), aucune aide. Mais pour taxer au nom de "la taxe foncière des entreprises" les entreprises même sans bureau, là nous sommes concernés. Montreuil, plus cher que Paris. l'argent durement gagné sert à d'autres..
Thomas - Développement économique de la Ville de Montreuil , 21-12-11 16:54:
Bonjour,
Merci pour votre commentaire. Je précise que ce projet a été soutenu par l'Adie (association pour le droit à l'initiative économique), sans lien avec la mairie, dans le cadre d'une création d'entreprise.
En ce qui concerne une aide éventuelle au développement de votre entreprise, peut-être trouverez vous un dispositif qui vous correspond sur le site suivant :
http://www.aides-entreprises.fr/repertoiredesaides/listeaides.php?cat=&mode=commune&ter=32894&id_dep=93

Cordialement.

* - champ obligatoire

*
*
*

*
*