commentaires peut être à marquer.

Ville de Montreuil

La vie des quartiers

Carte Montreuil

Liens utiles


Montreuil - Budget Participatif, saison 2
Vous êtes ici : Accueil  >  Environnement >  Actions de la ville  >  Biodiversité urbaine
Voir les commentaires

(0)

Imprimer la page Envoyer à un ami

Biodiversité urbaine

Bonnes pratiques

Les jardiniers de la Ville intègrent désormais dans leurs pratiques les préoccupations écologiques : l’usage des pesticides a été abandonné, des talus ou des friches sont ensemencés en prairies urbaines, les fauchages ont lieu au moment de la montée en graines, on diversifie des plantations afin de limiter la propagation de maladies et les attaques de prédateurs, des petites zones résiduelles sont fleuries, on utilise du broyat de bois d’élagage contre les herbes indésirables et pour préserver l’humidité, etc.

Plus de renseignement : services Jardin et nature en ville tél. 01 48 70 60 08

Voir le reportage de Terre.tv : http://www.terre.tv/fr/2254_montreuil--la-biodiversite-en-ville

Dans le quartier du Bel-Air (sur le plateau), un réseau de noues urbaines a été développé, en premier lieu pour retenir les eaux pluviales de l'amont et éviter les engorgements de réseaux voir les inondations en aval. Ces noues plantées de saules laissent se développer un cortège de plantes sauvages propices à la biodiversité. Une étude-inventaire a été menée en 2015 pour étudier la présence des espèces qui se sont installées de façon spontanée (par les animaux, le vent...).

Lire l'étude des noues à Montreuil

Urbanisme et biodiversité

L’élaboration du PLU de Montreuil s’est efforcée de traduire en dispositions réglementaires les orientations inscrites dans le PADD (Projet d’aménagement et de développement durable) selon certains principes :

  • constituer des continuités écologiques,
  • préserver et développer les espaces naturels, les espaces verts existants,
  • végétaliser la ville (les constructions, leurs abords, les toitures, les clôtures),
  • renforcer la place de l’eau en ville…

Voir le compte rendu d’une réunion en octobre 2009 sur ce thème

Exemple d'une disposition adoptée dans le PLU :
Les terrains doivent comprendre :
• 5 % de leur surface totale en espaces verts fondamentaux de pleine terre.
• et  10  % minimum  de leur surface  totale en espaces végétalisés complémentaires, qui peuvent être réalisés par l'application d'un coefficient pondérateur, selon les modalités suivantes :
• Espaces verts de pleine terre : coefficient : 1
• Toitures terrasses végétalisées intensives et espaces verts sur dalle d'une profondeur d'un minimum de 0,80 mètre : coefficient : 0,60
• Toitures terrasses végétalisées extensives, d'une profondeur inférieure 0,80 mètre et murs végétalisés : coefficient : 0,20
La superficie totale des espaces végétalisés complémentaires s'obtient en additionnant les superficies pondérées selon les coefficients définis ci-dessus.

De plus, les nouveaux projets d’aménagement de la Ville tiennent compte d’un cahier des charges intégrant la préservation de la biodiversité dans les espaces extérieurs (parc aquatique, école Résistance, Hauts de Montreuil, jardin Arago…), mais aussi dans la mesure du possible, dans la construction même (choix des matériaux…). Un cahier de prescriptions environnementales à destination des opérateurs privés devrait à terme intégrer la prise en compte de la biodiversité (projet en cours). Prochaine étape : intégrer la question de la prise en compte de la Trame Verte (grenelle II) dans une prochaine révision du PLU.

Accompagnement des jardins partagés

jardin partagé de l'association des femmes maliennes

Les jardins partagés sont des espaces de proximité animés par une association de voisins. Le terrain est mis à disposition gratuitement par la ville (ou un bailleur social comme l'OPHM ou Efidis) en échange d'un jardinage écologique et d'une ouverture régulièrement aux habitants et au public.

Dispositifs d'accompagnement :
- une charte des jardins partagés, élaborée avec les porteurs de projet au printemps 2009, (télécharger la Charte des jardins partagés à Montreuil - Pdf)
- un référent unique pour suivre la démarche, en relais avec les antennes de secteurs : service Environnement et du Développement durable (tél. 01 48 70 67 94) : onseme(at)montreuil.fr,
- une convention type d’occupation et d’usages pour la gestion d’un jardin.

On compte 20 jardins partagés à Montreuil (voir la carte 2014). De nouveaux dossiers sont en cours d'instruction.

Infos sur les jardins partagés : www.jardinons-ensemble.org
Pour jardiner de façon écologique : www.jardins-ecolos-en-pratique.org et la Charte des Jardins (Suisse- pdf) et aussi www.jardiner-autrement.fr

On sème à Montreuil : végétaliser sa rue, c'est permis !

La municipalité souhaite développer la présence du végétal dans l’espace public en accompagnant les habitants qui veulent participer à l’embellissement de leur rue tout en retrouvant le plaisir de travailler la terre. Par ailleurs, un certain nombre d’espaces dits « résiduels » (délaissés ou en friche, talus laissés à l’abandon) peuvent contribuer au développement de la biodiversité urbaine en jouant un rôle de corridor écologique ou en accueillant des plantes riches écologiquement (espèces mellifères par exemple).

Pourquoi ?
- pour un cadre de vie plus verdoyant, dans un contexte où les jardins montreuillois sont souvent peu visibles depuis la rue (7 Français sur 10 estiment qu’il n’y a pas assez de végétal en ville - extrait de l’enquête le jardin un bien social à partager )
- pour se réapproprier une pratique et un morceau de territoire en ville (être "acteur" de son paysage).

Effet induits espérés :
- la convivialité entre voisin,
- un plus grand soin apporté à l’espace public,
- une meilleure acceptation des plantes moins horticoles.

Comment ?
- les habitants qui le souhaitent sont autorisés à entretenir et semer des graines dans des espaces résiduels proches de leur habitation. La Ville peut fournir des graines si nécessaire. Il est cependant nécessaire de déclarer son projet auprès du service : onseme(at)montreuil.fr ou 01 48 70 67 94. Le service propreté urbaine sera prévenu de ne pas retirer les plantations de cet espace.
- la ville peut apporter un soutien : graines, affichette de présentation, conseils, voire creuser un petit trou dans le macadam

Voir des exemples de réalisations à Montreuil

Plaquette On sème à Montreuil

Consulter et télécharger la plaquette d’information « On sème à Montreuil »

Les boutons en haut à droite vous permettent d’imprimer, télécharger et visualiser en plein écran.

Montreuil aime le miel

ruches aux parc des Beaumonts

Montreuil, après avoir été la cité de la pêche durant la Renaissance est en passe de devenir une ville mellifère de référence en Ile-de-France. Dans le cadre de sa politique de protection et de développement de la biodiversité inscrite dans l’Agenda 21, la Ville de Montreuil souhaite promouvoir et favoriser l’installation de ruches dans des espaces publics, sur des bâtiments publics ou des espaces privatifs.
La découverte du monde des abeilles est un bon vecteur pédagogique pour sensibiliser à l’arrêt des pesticides et le maintien des espèces en ville. Le miel produit permet de reconsidérer les notions de production alimentaire locale - et urbaine.

Les atouts de la ville
- les espaces verts publics sont aujourd’hui gérés sans pesticides, conditions qui permettent de faire de l’apiculture urbaine une des solutions au phénomène d’effondrement des colonies d’abeilles.
- le potentiel mellifère du territoire : le tilleul semble être particulièrement goûteux, en 2010 certains apiculteurs ont pu faire 5 récoltes, les floraisons de fin de saison étant abondantes (sophora, lierre),
- la dynamique des apiculteurs montreuillois, qui se connaissent et forment un réseau motivé. L'un d'eux a mis au point un modèle de ruche en céramique adapté aux territoire urbain, une école se met en place, une production d'une abeille locale est envisagée, un label « Miel de Montreuil » est en projet,
- l’Office du Tourisme de Montreuil a entrepris une démarche de promotion et de vente de la production locale de miel, de grande qualité et très prisé (les pots livrés sont vendus en quelques jours !),
- des habitants intéressés pour accueillir des ruches dans leur jardin ou jardiner sans pesticides; suite à un article dans le journal local, 40 foyers se sont déjà portés volontaires.

Les modalités d’accompagnement par les services municipaux depuis 2011
- une mise en réseau des apiculteurs Montreuillois ; au-delà de l’échange de conseils et de matériel, les apiculteurs peuvent s'alerter en cas de crise sanitaire susceptible d’affecter les autres ruchers, une fête de la récolte est organisée chaque année.
- une mise en relation des apiculteurs Montreuillois avec les entreprises, les copropriétés ou les particuliers souhaitant accueillir des ruches.
- le suivi de cette démarche par le service environnement et développement durable, (signature de conventions de prêt de terrains publics avec les apiculteurs en échange d'animations pédagogiques ponctuelles sur la protection des abeilles et de la préservation de la biodiversité).

En chiffres :
13 apiculteurs, 103 ruches installées fin 2012 (5 jusqu’en 2007), dont 20 dans des espaces publics (école Louise Michel, parc des Beaumonts), 10 ruches sur des terrasses d’entreprises, le reste chez des particuliers.
De nombreuses visites de ruches avec des groupes (scolaires,..)
100 inscrits à la première formation d’apiculture proposée en 2012 par un apiculteur professionnel.
Voir la carte des implantations des ruches 2012
Contact : onseme(at)montreuil.fr
Vente de miel des murs à pêches et du parc des Beaumonts à l'office du tourisme de Montreuil : tél. 01 41 58 14 09.

Site du rucher école des apiculteurs locaux : www.montreuil-apiculture.com

Montreuil, signataire de la charte régionale pour la biodiversité

La Ville de Montreuil a adhéré en novembre 2014 à une version actualisée de la charte régionale de la biodiversité. La Ville de Montreuil avait déjà signé la première Charte. Ce nouveau document plus précis recense cinquante actions de la commune en faveur de la biodiversité soit déjà en cours soit à réaliser dans les 3 ans. Il permet à la Ville d’obtenir des subventions régionales (création de jardins partagés par ex.).

Comme actions réalisées à poursuivre, citons par exemple les cantines qui offrent déjà 30 % d’aliments biologique, la généralisation du « zéro pesticides » dans la gestion des espaces verts (à l’exception des terrains de sport et des cimetières), les inventaires de la faune et de la flore locale ainsi que des espaces en friche, l’inscription de la préservation de la biodiversité dans le PLU (coefficient de pleine terre), l’engagement en faveur de l’agriculture de proximité avec du jardinage biologique dans les jardins partagés et familiaux, la participation des associations locales dans la gestion des milieux, le relais des dispositifs de sciences participatives, l’organisation de visites naturalistes et de journées de sensibilisation à la biodiversité.

À réaliser dans les trois ans : la restauration de la mare du Bel-Air (en cours), celle du parc des Beaumonts sera prochainement réhabilitée. La Ville s’engage aussi dans le développement de nouveaux espaces verts publics créés avec les habitants, le soutien aux associations de protection de la nature, le compostage de proximité (sur le modèle du composteur collectif de la place de la République).

En savoir plus :

Consulter la liste des cinquante engagements

Renseignements : onseme(at)montreuil.fr – 01 48 70 67 94

Site de la charte : www.chartebiodiversite-idf.fr


Troc jardins

Favorisons par l’échange et le don, la libre circulation des graines et des végétaux.

Plaquette "Connaître et protéger la biodiversité à Montreuil"

plaquette Biodiversité à Montreuil

Pour mieux connaître l'action de la ville en faveur de la préservation et du développement de la biodiversité. téléchargez la plaquette
Connaitre et protéger la biodiversité à Montreuil (fichier PDF)

(0) Commenter cette page.

Pas de commentaire

* - champ obligatoire

*
*
*

*
*